CENTRE DE RADIOLOGIE ATLAS

URGENCES RADIOLOGIQUES 24H/24 et 365 JOURS/AN

Le centre de radiologie de la Polyclinique Atlas est doté d’installations qui seront régulièrement remises à jour en fonction des derniers développements techniques. Il est ainsi équipé, entre autres, du matériel GENERAL ELECTRIQUE ci-après : -un scanner 16 barrettes

  • Une Résonance magnétique ( IRM) 1,5 Tesla de dernière génération
  • échographes doppler couleur pour l’étude vasculaire et un logiciel 4D pour le bilan fœtal
  • Mimographe de dernière génération avec stéréotaxie
  • salle de radiologie numérisée
  • appareil de radiologie mobile en vue de faire des radiographies au lit du malade
  • Appareil de radio dentaire

Le médecin radiologue en charge de ce centre est spécialisé dans les domaines les plus pointus de la radiologie que sont la sénologie, l’étude des vaisseaux, du système nerveux central, de l’appareil digestif, urinaire et ostéo-articulaire. Le nombre de techniques d’imagerie à disposition et l’évolution continuelle de celles-ci imposent au radiologue une mise à jour continuelle de ses connaissances.

notre métier, la numérisation des systèmes d’acquisition nous a permis d’améliorer la qualité des images en diminuant les doses de rayonnement délivrées aux patients, de stocker ces données sur des systèmes d’archivage PACS, et d’échanger cette information sur des réseaux intranet ou internet sécurisés.
Tous les services de radiologie sont facilement accessibles pour les patients externes ou hospitalisés et les urgences.

Médecins du service
Dr. AMEZIANE FADWA : Spécialiste en Radiologie
Diplômé de la Faculté de Médecine de SFAX Tunisie
Ancien Médecin des hôpitaux de BESAN9ON France


radio1radio2
radio2

Plateau technique

L’IMAGERIE PAR RÉSONANCE MAGNÉTIQUE (IRM)

L’installation de Résonance Magnétique offre à la fois des performances cliniques de haut niveau et un potentiel de nouvelles applications en oncologie. L’IRM est par ailleurs l’outil d’excellence pour l’investigation du système nerveux et de l’appareil ostéo-articulaire et offre des alternatives non invasives pour l’étude des veines et des artères (angio-IRM).
La résonance magnétique n’utilise aucune radiation ionisante (rayons X), et personne n’a pu démontrer à ce jour le moindre effet nocif sur l’organisme dans des conditions d’examen habituelles. Le champ magnétique interagit cependant avec les objets métalliques, ce qui peut dégrader les images.

SCANNER 16 BARETTES

Appelé aussi tomodensitométrie, scanographie, tomographie axiale assistée par ordinateur ou CT-scan, le scanner multi coupes plusieurs barrettes de la clinique consiste à exposer au faisceau de rayons X plusieurs rangées parallèles de détecteurs, ce qui permet d’obtenir plusieurs coupes simultanées pour une seule rotation du tube. Le temps d’examen devient ainsi très court (quelques secondes) pour un champ exploré plus grand et des coupes très fines (examen plus agréable pour le patient et offrant des développements nouveaux intéressants pour la cardiologie et la gastro-entérologie). Les images natives et la reconstruction bi- et tridimensionnelle à partir de ces images sont d’une qualité nettement supérieure.
L’angioscanner utilise des coupes très fines après injection de contraste pour reconstruire des images des artères avec une précision proche de celle de l’artériographie.

RADIOLOGIE CONVENTIONNELLE
  • Une table Os-poumon digitalisée avec suspension plafonnière.
  • 1 appareil de radiographie mobile pour les radiographies au lit du malade
ECHOGRAPHIE ET DOPPLER COULEUR

L’échographie ou imagerie par ultrasons existe depuis le début des années 1970. Elle utilise des sons de fréquence élevée inaudibles, inoffensifs, émis par un cristal piézo-électrique intégré dans une sonde posée sur la peau; ces sons se propagent à des vitesses différentes dans le corps en fonction des tissus qu’ils traversent. Lorsqu’ils rencontrent une surface entre deux structures d’impédance acoustique différente, une partie de ces ondes ultrasonores est renvoyée (écho) à la sonde, qui sert en même temps de récepteur. Un ordinateur analyse ces informations et permet de reconstituer une image en coupe de la région examinée. Le renouvellement de ces images plusieurs fois par seconde permet d’obtenir une image dynamique, où l’on voit en continu l’organe balayé par la sonde, ou les mouvements à l’intérieur du corps si l’on reste au même endroit.

Cette technique est excellente pour l’examen de l’abdomen de l’enfant et de l’adulte, du fœtus, du cerveau du nouveau-né, des parties molles (musculature, articulations, seins, etc.). Elle est aussi utilisée pour guider des ponctions, le trajet de l’aiguille pouvant être suivi en vision continue lors de sa progression, ce qui permet une grande précision.
Le Doppler utilise le changement de fréquence des ondes ultrasonores observées depuis un point fixe (la sonde d’échographie) lors de leur réflexion sur un objet en mouvement; on peut ainsi reconstituer la vitesse de déplacement des globules rouges dans les artères et les veines, et déterminer si un vaisseau est rétréci ou obstrué, s’il existe des turbulences, etc., en analysant le tracé obtenu (Doppler pulsé). On peut même visualiser en couleurs le sang qui circule dans ces vaisseaux (Doppler couleur, Doppler puissance ou énergie).

MAMMOGRAPHIE

La pratique du dépistage chez les femmes à partir de l’âge de 50 ans doit permettre de réduire de 30 à 50 % la mortalité occasionnée par le cancer du sein. Ce dépistage sera pratiqué encore plus tôt s’il existe des facteurs de risque, comme l’existence d’un cas de cancer du sein dans la famille proche.

La mammographie de dépistage permet de découvrir des tumeurs à leur début, lorsqu’elles ne sont pas encore palpables, mais se manifestent déjà par de fines calcifications ou de discrètes modifications de l’architecture du sein. A ce stade, le traitement conduit bien souvent à la guérison complète du cancer, avec des séquelles minimes.

SCANNER 16 BARETTES:COLONOSCOPIE VIRTUELLE

On estime que le dépistage des polypes pré-cancéreux et leur exérèse pourrait réduire de 80% la mortalité par cancer colique.
Par ailleurs, le taux de survie à 5 ans d’un cancer colique détecté et traité précocement, avant dissémination, est de 90 % à 5 ans.

la colonoscopie virtuelle est une technique non invasive (sans introduction d’un endoscope) d’exploration du côlon par scanner 16 barrettes .L’examen est précédé d’une préparation ayant pour but d’éliminer les matières résiduelles dans le côlon.
Il consiste en 2 séries d’images d’environ 20 secondes chacune, sur le ventre et sur le dos, après insufflation d’air par le rectum, afin de bien distendre le côlon. Il ne faut pas être à jeun et l’examen ne nécessite pas d’injection de contraste iodé.
Après cette courte phase d’acquisition, les 600 à 800 coupes générées par l’examen sont envoyées sur une console de traitement qui va permettre la réalisation de reconstructions dans tous les plans et l’obtention en 3D de vues endoscopiques.
Suivant différentes études sur la sensibilité de la colonoscopie virtuelle, le taux de détection des polypes de 10 mm, seuil réellement à risque, est de l’ordre de 95% et ceux de 6 à 9 mm de 80 à 93 %. La détection des cancers infiltrant est très proche de 100%. La découverte d’une anomalie significative amènera la réalisation secondaire d’un examen endoscopique classique permettant la résection des polypes ou la réalisation d’une biopsie.
Outre le dépistage, la colonoscopie virtuelle est aussi indiquée en cas de contre-indication ou d’échec de la colonoscopie totale. Cet examen permet aussi d’explorer le côlon en amont d’une sténose infranchissable à l’endoscope.
Un avantage appréciable de la méthode est la visualisation sur les coupes natives de l’ensemble des autres organes intra-abdominaux. Une étude a démontré la découverte d’anomalies extra-coliques significatives dans 9% des colonoscopies virtuelles : tumeurs du foie, du pancréas, des voies urinaires, du tractus gynécologique, calculs rénaux, vésiculaires …
Vu l’utilisation de rayons X (l’irradiation est cependant nettement inférieure à un lavement baryté : environ 3,6 mSv pour la colonoscopie virtuelle contre 9,2 mSv pour le lavement baryté)) tout risque de grossesse doit être écarté lors de l’examen.

Comments are closed.