Autres services

Les autres services sont entre autres :

    • Dermatologie Vénérologie
    • Hématologie
    • Neurologie
    • Oto-Rhino-Laryngologique
    • Pneumologie
    • Rhumatologie
    • Chirurgie Thoracique

 


Plateau technique

ORL . IMAGE DE SCANNER DE LA FACE

 

L’oto-rhino-laryngologiste est spécialiste du nez, des oreilles et de la voix
Une voix constamment cassée, un nez éternellement bouché, des otites à répétition ou une perte même minime de l’audition… Toutes ces raisons peuvent vous amener à prendre rendez-vous avec l’ORL.

1 – Qu’est ce que l’oto-rhino-laryngologie ?
Cette spécialité médicale et chirurgicale concerne la physiologie et les maladies qui affectent les oreilles, le nez et la gorge. Elle s’intéresse ainsi aux traitements des affections d’une région anatomique comprise entre la base du crâne et l’orifice supérieur du thorax : infections, surdités, vertiges, tumeurs, chirurgie des amygdales, des végétations, des glandes parotides et de la thyroïde.

2 – Quand va-t-on voir un ORL ?
Une consultation doit s’imposer rapidement lorsque survient toute une série de gênes, qui handicapent la vie quotidienne. Il peut s’agir de troubles de l’oreille (douleur persistante, baisse d’audition ou sensation de bouchage, sifflement, bourdonnements dans les oreilles), des troubles du nez et des sinus (ronflements, perte d’odorat, manifestations allergiques), des troubles de la gorge et du larynx (gêne pour déglutir, respirer, tuméfactions) ainsi qu’une présence de grosseurs et de ganglions anormaux, des vertiges ou une paralysie faciale.

3 – A quel moment consulter un ORL ?
Après consultation de votre médecin généraliste, vous pouvez vous rendre chez un ORL. Sauf pour certaines pathologies déjà identifiées comme une surdité, un cancer à surveiller, il n’est pas nécessaire de consulter ce spécialiste de façon régulière. Dans un premier temps, c’est au médecin généraliste ou au spécialiste lui-même de fixer le rythme des contrôles. Sinon, il n’y a pas d’examen de routine à pratiquer tant qu’aucun symptôme particulier n’a été mis en évidence.
4 – Quelles sont les personnes les plus à risque ?

Ce sont essentiellement les fumeurs et les consommateurs abusifs d’alcool. Toutefois, il est conseillé de se faire suivre à intervalles réguliers si l’on est soumis à des risques professionnels comme l’exposition à un bruit intense ou à des poussières dangereuses. De même certains sportifs, en particuliers les plongeurs sont à surveiller.

PNEUMOLOGIE ET CHIRURGIE THORACIQUE

Médecins du service

En médecine, la pneumologie est la branche qui s’occupe de maladies des poumons et du tractus respiratoire. Elle est, en général, considérée comme une branche de la médecine interne, bien qu’elle soit très proche des soins intensifs lorsqu’il s’agit de patients qui nécessitent une ventilation mécanique.

Maladies pulmonaires Bronches

        • Asthme
        • Bronchite aiguë
        • MPOC
        • Bronchite chronique
        • Emphysème
        • Mucoviscidose
        • Dilatation des bronches
        • Cancer du poumon
        • Tumeur pulmonaire
        • Pneumoconiose Parenchyme pulmonaire
        • Pneumonies, bronchopneumonies, pneumopathies
        • Psittacose
        • Embolie pulmonaire
        • Hypertension artérielle pulmonaire
        • Oedème pulmonaire
        • Fibrose pulmonaire
        • Séquestration pulmonaire
        • Sarcoïdose
        • Tuberculose pulmonaire
        • Abcés pulmonaire Plèvre
        • Pneumothorax
        • Pleurésie
        • Cancer de la plèvre Troubles ventilatoires
        • Apnée du sommeil
        • syndrome restless legs
        • Inhalation
        • Asphyxie
        • Traumatisme thoracique
NEUROLOGIE.

La neurologie est la discipline médicale qui étudie principalement le cerveau mais aussi le système nerveux. Il existe une séparation récente entre les spécialités neurologie et psychiatrie. L’inventeur du terme de « Neurologie » est le médecin anglais Thomas Willis.Exploration en neurologie

        • Électroencéphalogramme
        • Électromyogramme
        • IRM cérébrale ou médullaire
        • Scanner cérébral ou médullaire
        • Ponction lombaire
        • Artériographie des vaisseaux du cou
        • Échographie Doppler des vaisseaux du cou
        • Biopsie musculaire Pathologies du cerveau
        • Maladie de Parkinson
        • Sclérose en plaques
        • Maladie d’Alzheimer
        • Démences
        • Coma
        • Migraine
        • Céphalées
        • Épilepsie
        • Accident vasculaire cérébral
        • Accident ischémique transitoire
        • Hydrocéphalie Pathologies médullaires
        • Sclérose en plaques
        • Poliomyélite
        • Compression médullaire
        • Myélopathie cervico-arthrosique
        • Sclérose latérale amyotrophique
        • Syringomyélie
        • Amyotrophie spinale infantile
        • Dégénérescence spino-cérébeleuse
        • Infarctus médullaire
        • Tumeur médullaire
        • Myélopathie infectieuse Pathologies des méninges
        • Hémorragie méningée
        • Méningite
HEMATOLOGIE

Le terme hémopathie est utilisé en pathologie pour désigner les maladies du sang et celles qui touchent les globules rouges, les leucocytes, et les plaquettes.
Le sang comprend les éléments figurés (globules rouges, globules blancs, plaquettes) et le plasma, liquide dans lequel baignent les éléments figurés et qui contient des protéines, particulièrement les protéines de la coagulation et de la fibrinolyse qui sont étudiées en hématologie. Le plasma contient de nombreux autres composants, protéines, glucose, lipides, hormones qui sont étudiés par d’autres spécialités de la médecine, immunologie, métabolisme, hormonologie…

Les hémopathies touchent la production du sang et de ses composants, tels les cellules sanguines, l’hémoglobine, les protéines sanguines, le mécanisme de la coagulation, etc.
Les pathologies peuvent concerner chacun de ces éléments. Tous ces éléments doivent être produits en quantité normale (sans défaut ou excès de production pour quelque cause que ce soit -génétique, carentielle, physique…), doivent être fonctionnels (pas d’anomalies génétiques, ou d’altération de quelque origine qu’elle soit), et doivent avoir une durée de vie normale (pas de destruction ou consommation rapide ou excessive).
On distingue : d’une part les hémopathies bénignes (par exemple par carences vitaminiques, anomalies de l’hémoglobine…) dont la classification proposée reprend en grande partie ce plan. et d’autre part les hémopathies malignes (leucémies, lymphomes, syndrome myélodysplasique, et syndrome myéloprolifératif).

Chirurgie Thoracique

Comments are closed.